Nicolae Buzaianu : un soutien en or pour les Bishnoïs

Nicolae Buzaianu, industriel suisse s’engage auprès de la communauté Bishnoï afin de promouvoir leur message en faveur du respect et de la protection de la nature.  Pour ce spécialiste de l’énergie, l’engagement était naturel envers un peuple qui a pris conscience des problématiques liées au développement durable depuis le 15ème siècle.  Ce soutien permettra de participer au financement de l’installation photographique qui leur est consacrée dans la Station Luxembourg du RER B à Paris en décembre prochain, et contribuera aussi au projet de traitement des sacs plastiques sur le territoire de la communauté.

Les Bishnoïs : Premier peuple écologiste depuis le 15ème siècle

Les Bishnoïs sont un peuple d’environ 800 000 personnes vivants au Rajasthan dans le  Nord-Ouest de l’Inde. Ils sont considérés comme les premiers écologistes du Monde. En effet, depuis le 15ème siècle, sous l’impulsion de leur prophète, Jamboji, les Bishnoïs suivent 29 règles (« Bish » (20) et « Noï » (9) en dialecte Hindi) dont un tiers est consacré aux problématiques environnementales. Ils sont notamment précurseurs en matière d’écotaxe et sont obligés de planter au moins un arbre par an.

« Je trouve cela extraordinaire que des peuples aient eu la perception des enjeux qui sont les nôtres aujourd’hui et ce depuis plus de 5 siècles. Il me semble qu’il faut s’inspirer des Bishnoïs » affirme Nicolae Buzaianu.

Khamu Ram Bishnoi se bat contre la pollution des sacs plastiques en Inde depuis 2005. En 2010, il a créé la première poubelle inspirée de son voyage en France.

Une rencontre avec un homme en or : Khamu Ram Bishnoï

C’est lors de la venue de Khamu Ram Bishnoï en France, cet automne, que Nicolae Buzaianu a découvert l’existence du peuple Bishnoï et du message qu’ils portaient. Khamu Ram est la nouvelle incarnation de l’engagement de ce peuple en faveur de la protection de l’environnement. Il se bat contre les sacs plastiques sur son territoire. Il a su mobiliser et fédérer autour de lui de nombreux militants afin de stopper la prolifération de cette pollution moderne.

Pour Nicolae Buzaianu, « l’action de Khamu Ram, prouve qu’il est possible grâce à des initiatives locales et de proximité de changer le cours des choses et de changer nos habitudes. Khamu Ram est vraiment un homme en or ! »

Un modèle exportable en Afrique

L’initiative de Khamu Ram Bishnoï visant à mobiliser la population autour de la problématique des sacs plastiques prouve que l’action de proximité pouvait permettre de répondre aux enjeux écologiques.

Khamu Ram Bishnoï installe sa première poubelle devant le mausolée dédié au prophète Jamboji, qui a édicté les 29 préceptes au 15e siècle.

L’initiative de Khamu Ram Bishnoï pourrait bien faire des émules notamment dans les pays africains. C’est pour cela qu’il était important pour Nicolae Bogdan Buzaianu de contribuer à l’action de Khamu Ram et de donner les moyens de diffuser le message de ce peuple qui vaut de l’or pour notre planète.

« Je connais bien le continent africain et notamment la Zambie où je soutiens déjà l’école chippendele et je suis convaincu que ce genre d’initiatives pourrait utilement se décliner dans certains pays » conclut Nicolae Bogdan Buzaianu.

Publicités

Une réflexion sur “Nicolae Buzaianu : un soutien en or pour les Bishnoïs

  1. Malheureusement on n’en fait pas grand-chose de ces sacs abandonnés, chez nous en Europe, de les brûler dans des incinérateurs…

    Je dois reconnaître que ce n’est qu’en Inde… et en Afrique que je vois des tentatives sérieuses de traiter cet envahissement nocif des sacs plastiques. Je souhaite porter à votre connaissance, via mon site web, le fait qu’on peut aller plus loin : ce sont des milliers de tonnes qui sont à ramasser, et ON PEUT EN FAIRE QUELQUE CHOSE D’UTILE Des expériences ont été faites au Tchad, au Niger, au Mali … et ce plastique peut servir de ciment pour la production de pavés, de plaques de canalisation et autres objets utiles. Bien se renseigner pour ne pas faire n’importe quoi : faire fondre le plastique peut être très nocif si on chauffe trop, mais c’est faisable, et même très proprement en utilisant des concentrateurs solaires pas cher à fabriquer.
    http://mali-pense.net/Sacs-Plastiques.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s